Submitted by UIA admin on lun, 12/18/2017 - 16:29

Maribor

Mestna Občina Maribor
Maribor Urban Soil 4 Food
Défi rencontré

Maribor est la deuxième plus grande ville de Slovénie, elle compte 111 500 habitants et s'étend sur 147,5 km². C'est également la capitale de la région de Podravje. Les villes telles que Maribor sont au cœur de l'économie européenne, mais dépendent considérablement des ressources extérieures pour répondre à leur demande en énergie, eau et alimentation et gérer les déchets et les émissions. En Slovénie, l'autosuffisance est faible, le sol disparaît, la qualité des nutriments de l'alimentation est en baisse et la population jeune n'a plus les connaissances ni la motivation permettant une alimentation saine. Par ailleurs, dans l'économie mondiale où les multinationales prennent le contrôle sur la production de semences, ce qui entraîne l'extinction de la production locale de semences, il est extrêmement important de recourir à des semences traditionnelles et locales.

Par conséquent, le principal objectif du projet consiste à utiliser les déchets de la ville pour produire et valoriser de nouveaux produits et aliments, au moyen d'un procédé innovant permettant de produire un sol urbain, dans l'objectif d'augmenter l'autosuffisance alimentaire locale et de minimiser l'empreinte écologique de la ville de Maribor.

Solution proposée

Le projet « Urban soil 4 food » (Sol urbain en faveur de l'alimentation) part de la difficulté d'utiliser les déchets urbains (biologiques et minéraux) pour produire un produit utile (sol), qui puisse ensuite servir à répondre aux différents besoins des villes, en matière de production alimentaire, de parcs et de construction. Au terme de ce projet innovant, les partenaires développeront un sol sûr et certifié grâce à la production dérivée d'énergie (en recourant à la technologie de la fermentation et à la pyrolyse). Le projet sera articulé autour de quatre principaux aspects liés entre eux (« cercles ») structurés par deux investissements essentiels : l'établissement d'un système pilote pour la production de sol urbain et la création de quatre jardins urbains (composés des sols urbains produits).

Le cercle du matériau analysera les flux de déchets significatifs qui, dans la ville, peuvent être utilisés dans le cadre de la production de sol urbain.

Le cercle alimentaire transformera certains terrains actuellement inutilisés de la municipalité en jardins communautaires urbains, permettant une activité agricole et débouchant sur la création d'un label d'alimentation urbaine.

Le cercle ouvert de l'innovation établira un laboratoire « d'agri-vie » afin de développer et de tester des concepts pilotes innovants, tels que les fleurs urbaines pour les abeilles urbaines, le micro-jardinage urbain et la réhabilitation des sols urbains, tout en soutenant simultanément de jeunes entreprises innovantes œuvrant dans le secteur de l'économie circulaire.

Le cercle des connaissances partagera les connaissances issues du projet avec d'autres villes de Slovénie et de l'UE, permettant à terme le développement de certificats et de brevets en vue d'élever la technologie du sol urbain au niveau international.

Partenariat
  • City of Maribor
  • Institute for Innovation and Entrepreneurship - ONG
  • E-institute for comprehensive development solutions - ONG
  • AKTIVIRAJ SE Development of social projects and promotion of active life association - ONG
  • Snaga - Infrastructure and Public Service Providers
  • Wcycle Institute Maribor  - Infrastructure and Public Service Providers
  • Deltaplan - service and consulting company
  • Slovenian National Building and Civil Engineering Institute (ZAG)
Résultats escomptés

Le projet vise les résultats suivants :

1. La transition entre les flux de matériaux actuellement inutilisés (mis en décharge) et des matériaux recyclés et réutilisés dans la ville, permettra :

- une réduction du volume de déchets actuellement mis en décharge - et spécifiquement la réduction des déchets biologiques (à hauteur de 2 400 tonnes/ an) et des déchets minéraux (à hauteur de 2 000 tonnes/ an)

- la production de différents types de sol (3 000 tonnes/ an) devant servir à l'agriculture urbaine, aux parcs, aux travaux, constructions, etc.)

- la production d'énergie (590 kWh) devant servir aux besoins d'exploitation de la production du sol

2. La transition entre les flux alimentaires importés et produits localement permettra :

- la création de 7 398 m2 de nouveaux jardins urbains destinés à un usage public

- la production d'une alimentation portant le label « production locale » (1 label utilisé par au moins 50 agriculteurs)

- l'établissement d'une chaîne alimentaire, entre l'agriculteur local et le consommateur local (au moins 10 000 personnes utilisant l'alimentation locale chaque année)

- la réduction des émissions de gaz à effet de serre.

3. Un changement de société nécessitant le passage à l'économie circulaire permettra :

- aux laboratoires « agri-vie » créés de rapprocher l'économie circulaire de la population (6 pilotes d'innovation sociale)

- aux ateliers d'accroître l'implication et l'intérêt de la population pour l'innovation accessible (200 participants aux ateliers)

- aux PME d'obtenir une assistance en vue du développement de l'innovation et de travailler dans le secteur de l'économie circulaire (15 PME)

Etapes principales

 

Avril 2018: Publication des informations de lancement dans la presse. Les informations sur le lancement publiées dans la presse, seront préparées afin de présenter l'objectif principal du projet et d'inviter les intervenants et les groupes cibles à participer au projet.

Octobre 2018: Développement complet en laboratoire, d'un système de production intégré, assorti des résultats et de l'optimisation. Des résultats clairs sur les composants devant être utilisés dans le cadre de la production de sol urbain pour obtenir des résultats optimaux, seront recueillis et mis à disposition en vue de l'adoption et de la démonstration du projet.

Avril 2019: Début de la production de sol urbain. Après validation, une optimisation finale de l'assemblage technologique de chaque type de sol urbain obtenu, sera réalisée. Pour diverses cultures, des recettes seront formulées en faveur d'une utilisation optimisée de la production pilote de chaque type de sol urbain produit.

Septembre 2019: Mise en place du réseau de jardins communautaires urbains. Quatre jardins organiques seront créés, offrant aux citoyens une expérience holistique et stimulante du jardinage. En complément des jardins, un verger organique communautaire sera créé et différentes espèces d'arbres fruitiers y seront plantées. La chaîne alimentaire locale est établie opérationnelle. a chaîne alimentaire locale établira une coopération entre les producteurs locaux et les consommateurs locaux. Ce qui améliorera l'autosuffisance alimentaire locale et réduira le bilan de CO2.
June 2020: La plateforme pour l'Approvisionnement Local Durable Inno RUrb est créée afin d'attirer l'attention des citoyens sur les thématiques santé et qualité de vie, l'application Inno Urb est développée, donnant accès aux offres, quantités et disponibilité de la production locale. Les processus de standardisation et de certification sont menés à bien. 

Octobre 2020: La feuille de route des décideurs politiques sur la manière de reproduire le projet dans leur propre ville sera préparée et diffusée aux villes de taille similaire. La feuille de route donnera des instructions par étapes sur la manière de préparer et de certifier le sol urbain, de réaliser des jardins urbains et d'exploiter des procédés de création conjointe avec les citoyens en vue d'accélérer l'économie circulaire.

"Seule une coopération étroite entre les sociétés, les citoyens, l'industrie et le gouvernement local nous permettra de parvenir à un système connecté, mutuellement réussi, qui puisse optimiser les ressources et les résultats économiques, environnementaux et sociaux. C'est un projet de longue haleine consistant à transformer la société, garantissant une gestion des ressources, axée sur le développement, au niveau local et regional "

Andrej Fištravec, Maire de Maribor
Chiffres clef
52%
de l'alimentation produite sont perdus ou gaspillés, au long de la chaîne alimentaire
31%
de la demande de la Slovénie en fruits et légumes permettent l'autosuffisance
60-160M
d'hectares de sol en Europe sont concernés par la dégradation des sols
55%
de potassium en moins produit par les tomates, par rapport aux années 50 et 78% de fer en moins dans les concombres : la qualité des nutriments présents dans l'alimentation est en baisse
Contact du project
Brina Lazar
Chef de projet
Daniela Patti
Expert UIA

Project News

Media

Urban gardens

Urban gardens